Valérie Shä Live Blog: 1973-2017 : Le sens caché de Yom Kippour


Accueil |Shabbat , 7ème jour : direct live & archives | Bibles Et Références | Livres | Non merci? | Ami-es catholiques  
Sauvé(e): puis-je perdre mon Salut? | Faire un don | Auteurs et relayeurs: comment bien faire? |


Serait-il possible que la France comprenne enfin qu’Israël n’est finalement pas “le problème” suscitant le terrorisme dans le monde?


vendredi 29 septembre 2017

1973-2017 : Le sens caché de Yom Kippour


Source : http://bethyeshoua.org/le-sens-cache-de-kippour-1973-une-guerre-terrestre-pendant-la-fete-des-expiations

Le sens caché de Yom Kippour

Dans toutes les célébrations saintes de l’Eternel, Yom Kippour est la seule à être restée « le jour des expiations » sans avoir été renommée dans un autre nom de fête païenne. Pessah est devenue « Les Pâques », Shavouot est devenue « La Pentecôte », Souccot est devenue la fête de la récolte marquant la fin du cycle agricole annuel.
Même Hanoukkah, la fête de la dédicace du temple par Salomon est devenue la fête de « Noël ».
A Tishri, le peuple juif considère Rosh Hashana comme étant l’âme du peuple juif et Yom Kippour son cœur.
En 1973, tout comme à de nombreux autres moments dans l’histoire du peuple juif, Kippour, la fête des expiations, est une occasion pour les nations ennemies du peuple juif de s’attaquer à Israël.
Faut-il ne pas s’en douter ? A Yom Kippour, les cieux se déchaînent. Cette fête, plus encore que les 6 autres fêtes, provoque dans les lieux célestes des réactions extrêmement violentes.
Lorsque nous mettons notre foi en Yeshoua à Pessah, que nous recevons l’Esprit-Saint à Shavouot, que nous sonnons du shofar ou que nous nous réjouissons à Souccot, les puissances démoniaques ne réagissent pas autant qu’ils ne se déchaînent à Yom Kippour.

Lorsque D.ieu nous offre son salut par son Fils Bien aimé, lorsqu’Il nous fait le don de la Torah et de l’Esprit-Saint ou encore le don de la vie, nous sommes passifs et c’est D.ieu qui agit. C’en est tout autrement pour le jour des expiations. 

Pas de Yom Kippour sans expérience personnelle vécue

L’apocalypse déclare que toutes les victoires contre Satan ne se résolvent que de deux manières combinées : par notre témoignage personnel aux hommes de ce qu’a fait Yeshoua dans notre vie et comment Il nous a transformé et par la prédication de la croix.
L’ennemi de nos âmes ne craint nullement nos nouvelles naissances à chacun-chacune. Il craint à juste titre que l’action de l’Esprit Saint porte du fruit dans notre vie, ça oui. 
Mais ce qu’il craint par-dessus tout c’est quand nos déclarations verbales devant témoins portent à conséquences : Yeshoua a véritablement changé dans notre vie : ce ne sont pas que de belles paroles : c’est la Vérité.
Tout ce que D.ieu a fait pour nous, Satan le sait et il se moque de nous en disant à D.ieu :
« Est-ce d'une manière désintéressée que Job craint D.ieu ? 10 Ne l'as-tu pas protégé, lui, sa maison, et tout ce qui est à lui ? Tu as béni l'œuvre de ses mains, et ses troupeaux couvrent le pays. 11 Mais étends ta main, touche à tout ce qui lui appartient, et je suis sûr qu'il te maudit en face. »
Par contre il ne se moque plus lorsque ces choses sont devenues réalité visible et qu’il ne peut rien faire pour empêcher leur accomplissement !
Pour que ces choses deviennent réalité, il faut croire sans voir aux promesses de D.ieu. Qu’est-ce qui nous fait marcher dans cette vie de tous les jours : notre foi ou notre portefeuille ? 

Notre foi ou notre moi ?

La seule et vraie Victoire se trouve dans le vécu
Pourquoi Israël est-il à ce point considéré par Satan et par les puissances terrestres et célestes comme pire que la peste ?
Une seule réponse : car c’est en Israël que les prophéties bibliques annoncées par les prophètes prennent leur accomplissement.
Lorsqu’un homme naît de nouveau et qu’il fait des promesses devant D.ieu et devant témoins, les seules choses qui portent à conséquence dans les Cieux c’est lorsque les « faits » (c.-à-d. des cœurs brisés et contrits, nouvelles naissances, conversions, pleurs sur les péchés, etc.) sont suivis d’actes concrets.
Ce qui, il faut bien l’avouer, n’est pas toujours le cas.
Satan a pris l’habitude depuis la nuit des temps de se moquer des hommes qui se tournent vers D.ieu car beaucoup de paroles sorties de leur bouche ne sont pas suivies d’accomplissement.
Le peuple juif, par contre (et ça ne dépend pas de lui mais de D.ieu) est un témoignage vivant que D.ieu est bien réel et que ce que sa bouche a dit, sa main l’accomplit sans l’ombre d’un doute.
Les chrétiens qui se convertissent ne sont pas un réel « danger » pour Satan. Par contre un peuple qui renaît de rien, un désert qui reverdit, les événements qui se précipitent si rapidement, l’apparition de signes tangibles dans les cieux et sur la terre, les juifs qui reviennent en terre promise, sont autant de preuves irréfutables que les heures de Satan sont comptées.
Il tremble au point d’essayer à tout prix, par n’importe quel moyen d’empêcher le peuple juif de s’installer dans sa terre, et, pire que tout : que Jérusalem, lieu hautement stratégique, la Ville du Grand Roi, redevienne la capitale d’Israël. 
Yom Kippour est une célébration fondamentale : un jour saint où l’on se repent de ses mauvaises voies. Il ne s’agit pas de pénitence ou de contrition mais de repentance.

La repentance : qu’est-ce que c’est et comment faire ?

La repentance, c’est un demi-tour en arrière : un changement de voie, une décision suivie d’actes concrets.
Si on ne décide pas d’abord dans son cœur d’agir en conséquence, la repentance visible devant les hommes est de la fumisterie aux yeux de D.ieu.
La victoire se trouve dans l’unité des croyants et dans la réunion de prière communautaire (pas à la maison)
La plus grande des victoires c’est quand il n’y a plus aucune ombre entre nous dans la kehila et que dans notre unité, notre union devient force. Le troupeau où les brebis sont serrées les unes contre les autres ne peut jamais être attaqué par le loup. Les brebis ne se préoccupent pas de savoir si leur voisine proche est propre ou sale ou si elle lui vole sa nourriture. L’unité du groupe est parfaite lorsque les différences et les mauvaises pensées sont mises de côté définitivement et pas seulement pour le temps de Yom Kippour car alors l’ennemi ne fera qu’une chose : attendre la fin des réunions pour nous contre-attaquer de plus belle, surtout le soir quand on est fatigué ou énervé.
La seule victoire qui aura lieu dans les lieux célestes c’est quand les armées du D.ieu Vivant repousseront les ennemis.
Et quand ces ennemis seront-ils repoussés ?
Non seulement quand nous jeûnons mais aussi quand nous nous sanctifions et que nous nous repentons.
Sans en mettre plein la vue aux autres. « Moi je jeûne, moi je me repents, etc.)
Que votre main droite ne sache pas ce que fait votre main gauche.
Quand nous rentrons dans le combat spirituel, ce n’est pas nous qui combattons mais D.ieu. Les anges dans le ciel combattent. Plus nous prions et intercédons plus les nages gagnent. Plus nous nous reposons sur nos lauriers, plus les attaques reprennent. 
En ce qui concerne nos prières, nos intercessions, nos repentances, aucun relâchement n’est permis. C’est une loi spirituelle immuable que D.ieu Lui-même a mise en place le jour où Adam et Eve ont été expulsés du Gan Eden.
Le salut et la relation avec D.ieu restaient possibles mais dans la difficulté sous les larmes et la sueur.
Lorsque D.ieu promet à Adam et Eve de planter dans la terre et de récolter dans la sueur, il ne s’agissait pas du tout de la plantation terrestre. Il s’agissait évidemment de la semence céleste qu’il nous faut planter dans les cœurs, des cris et supplications dans les pleurs et la persévérance.

 

Et quand les anges de D.ieu ont-ils la victoire ?

Lorsque nous mettons de côté nos droits au profit des droits de D.ieu.
Et quand les anges de D.ieu pourront-ils être « renforcés » par nos prières ?
Lorsque nos prières ne sont pas seulement que des paroles vaines, des promesses sans lendemain mais que au contraire nous nous humilions au profit de nos frères.
A Yom Kippour on lit l’histoire de Jonas. Un rabbin disait que « D.ieu se soucie de tout le monde. Jonas ne se soucie que de lui-même. D.ieu gagne. » Ne soyons pas comme Jonas.
Au cours de la journée de Yom Kippour, les fidèles sont invités à réparer les fautes commises envers D.ieu et envers leur prochain. « Car en ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier : vous serez purifiés de tous vos péchés devant l’Éternel »
Jour chômé marqué par le jeûne, Yom Kippour rappelle la faute du veau d’or, lorsque Moïse se trouvait sur le mont Sinaï après avoir quitté l’Égypte, recevant les tables de la loi et les instructions divines, alors que le peuple hébreu se détournait de D.ieu pour adorer une statuette en or en forme de veau.
Lorsque le peuple rebelle se détournait de D.ieu, D.ieu envoyait soit la maladie soit les ennemis contre le pays.
Si on veut que les anges de D.ieu aient la victoire contre les armées démoniaques, ce ne sera pas seulement si nous jeûnons depuis la veille au soir jusqu’au lendemain soir mais surtout si nous nous humilions.
Nous qui croyons en savoir plus, si nous croyons que nos expériences vécues même difficiles, ou nos connaissances ou nos compétences sont plus importantes que les expériences de nos frères et sœurs, alors il n’y a absolument pas d’humiliation !
L’humiliation, le cœur contrit et brisé, c’est ce que D.ieu aime.
Mais tout le monde sait qu’il est impossible de décider à la seconde d’avoir un cœur contrit ou brisé.
Faire couler des larmes de crocodiles n’impressionne pas D.ieu.
L’Eternel ne regarde pas à l’apparence. L’Eternel regarde au cœur.
Un chrétien avait vécu un jour la présence presque « physique » des anges alors qu’il était battu par un impie lors d’une évangélisation. Pendant longtemps il s’était demandé pourquoi les anges se sont montrés à lui sans intervenir.
En fait ils étaient présents pour le protéger mais ils étaient restés fixes, comme frigorifiés sans pouvoir lever le petit doigt, tout simplement parce que la prière communautaire faisait cruellement défaut.
La prière seule entre D.ieu et nous peut avoir de l’efficacité pour nos demandes personnelles dans le secret de nos chambres mais cette prière n’aura probablement aucun pouvoir dans le combat spirituel sans l’unité avec la communauté.
La prière d’une personne isolée fait bien sûr bouger le bras de D.ieu tandis que devant la prière communautaire, c-à-d. du peuple qui est unit par YESHOUA, renverse toutes les forteresses de l’adversaire.

*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

➤ Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

■ 1 - Écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
■ 2 - Dans le menu déroulant, cochez Nom/URL
■ 3 - Saisissez votre prénom (ou pseudo) après l'intitulé Nom (Ne faites pas attention au mot " U R L " ! Écrivez simplement votre prénom)
■ 4 - Cliquez sur Publier commentaire

Merci à tous ♥ pour vos commentaires !